>
X
JPO du 15/10
L’ISFJ vous invite en Journée Portes Ouvertes !
Je m'inscris
Live Etudiants 20/10
Echangez avec nos étudiants à 18h30
Je m'inscris

Cours de techniques d’enquête à l’ISFJ : quand les étudiants se mettent dans la peau d’un policier

Actualité publiée le 23 février 2022

Les étudiants en 2ème année de Bachelor Journalisme ont bénéficié de l’expertise de Philippe CHLOUS, intervenant à l’ISFJ depuis 11 ans, pour un cours de techniques d’enquêtes. Ils ont ainsi pu apprendre les bases journalistiques de cette spécialisation.  

Les étudiants de l’ISFJ au cœur de l’enquête

Pour initier les étudiants, Philippe leur explique les bases du métier de journaliste. Un bon journaliste se doit de trouver un sujet, se documenter et trouver un angle journalistique capable d’attirer l’audience que ce soit en télévision, radio ou presse écrite. Philippe met donc l’accent sur ces habitudes à prendre rapidement : “ce métier, c’est 70% de recherches avant d’attaquer l’écriture. Il y a toute une méthode de recherche, de réflexion. Une foila bonne connaissance du sujet, on peut déterminer un angle. Il continue en utilisant une comparaison. Une enquête journalistique, c’est comme une enquête policière, elle ne se fait pas en trois jours. A la fin de cette semaine, il demande une présentation des premières pistes de recherches avec les personnes qu’ils souhaitent interviewer pour répondre à leur problématique. Pour mieux appréhender cet exercice, le travail se réalise en groupe afin que chacun puisse confronter ses idées, s’habituer à ce métier collectif et pour créer une cohésion et une cohérence dans les informations récoltées. Un véritable travail de réflexion est demandé à ces jeunes enquêteurs : “On a retourné les choses dans tous les sens. Pas évident de savoir comment amener le sujet qu’on a choisi” affirme Anissa, étudiante.  

Policer et journaliste, un point commun  

A la différence du reportage où l’on suit l’actualité, où l’on raconte la problématique en allant sur place, l’enquête quant à elle pousse le sujet beaucoup plus loin. L’investigation est ici synonyme de profondeur : l’intervenant a utilisé une métaphore assez imagée pour nous faire comprendre. Le reportage, c’est un pansement. L’enquête, c’est la croûte que tu grattes pour atteindre la racine, des propos marquants pour Anissa, étudiante à l’ISFJAvec leurs mots, le reportage raconte ce qu’il s’est passé. L’enquête donne le pourquoi de l’action avec des sources, des témoignages et des preuves à l’appui. Des bases que le groupe d’Anissa tente de mettre en place avec un sujet d’actualité, le harcèlement des femmes sur les réseaux sociaux. Le comportement professionnel à avoir en interview, c’est ce que retient la jeune étudiante des précieuconseils de Philipe. En effet, derrière chaque affaire se cachent des personnes touchées et blessées. Il est donc indispensable pour un journaliste d’avoir conscience du sujet et des émotions qui s’en dégagent. Il faut éviter toute manière frontale de poser les questions, “il faut faire preuve de tact car on ne connait pas la personne en face. Elle peut être sensible ou paranoïaque” et cela peut venir troubler le bon déroulement de l’interview et influencer les informations divulguées 

200